Les Missions jésuites de Bolivie

 

 

Les missions jésuites de Bolivie sont les vestiges d’établissements, collèges et églises, fondés par les jésuites durant les XVIIe et XVIIIe siècles, en Amérique latine, alors empire colonial espagnol.

Histoire des missions jésuites

L’intérieur de la région contrôlée par les Espagnols et les Portugais restait encore assez inexploré à la fin du XVIIème siècle. Mandatés par la couronne espagnole, les jésuites (congrégation catholique masculine) ont exploré et fondé onze missions en 76 ans dans l’actuelle Chiquitanià, connue alors sous le nom de Chiquitos, en bordure de l’Espagne américaine.

Les missionnaires voulaient pratiquer une évangélisation pacifique des indigènes. Ce qui fût un succès car ils ont réussi à unifier le culte religieux et les coutumes des indigènes (agriculture, musique, peinture, sculpture…). La qualité de vie des indigènes s’en trouva améliorée. Les jésuites luttèrent aussi contre l’esclavage et instaurèrent l’instruction des enfants. Ainsi, les missionnaires réussirent parfaitement à diffuser leur religion.

Ces missions (ou reducciones) sont dispersées dans un rayon de 500 kilomètres au nord et à l’est de Santa Cruz de la Sierra, la ville la plus peuplée de Bolivie. Située dans les plaines orientales du pays, elle se trouve à une altitude de 416 m.

Ces édifices, considérés comme un véritable joyau de l’architecture baroque, sont depuis 1990, déclarés au Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco.

Contrairement à d’autres pays où on ne peut voir que des ruines, les jésuites, encore présents, en Bolivie ont encore conservé de belles églises (restaurées, voire reconstruites). Actuellement, les coutumes religieuses sont d’ailleurs toujours pratiquées dans ces édifices.

Après l’expulsion de l’Ordre des jésuites des colonies espagnoles, la plupart des missions furent abandonnées et sont tombées en ruine. Les missions jésuites de la Chiquitania sont uniques de par leurs édifices et leur culture associée qui sont restés largement intacts.

Un grand projet de restauration a débuté en 1972 grâce au jésuite Suisse Hans Roth. Depuis 1990, les Missions ont connu un regain d’intérêt et font l’objet d’un grand attrait touristique.

Les différentes missions à visiter (2 ou 3 jours)

SAN JAVIER

Première Mission de la région, elle fut fondée en 1691. C’est ici que furent établis la première école de musique et un atelier qui produisait violons, harpes et clavecins.

CONCEPCION

Fondé en 1708, le village, véritable havre de paix, a conservé la simplicité de ses rues flanquées de maisons en adobe avec des galeries à arcades. L’église est un pur joyau. Les bâtiments annexes abritent l’évêché, mais aussi les Archives Musicales, avec plus de 5500 feuillets de l’histoire musicale indigène, où sont conservées les partitions écrites et exécutées dans les Missions.

SAN IGNACIO

Avec environ 20 000 habitants, ce village est aujourd’hui le plus peuplé et le plus dynamique de la région sur le plan économique.
Son église, connue comme la perle des Missions, en raison de la taille et de la richesse de ses sculptures sur bois, a résisté aux outrages du temps jusqu’à sa démolition en 1948. Remplacée par une construction moderne en 1968, elle n’a conservé de son passé jésuite que les oeuvres qui ornait son intérieur.

SAN MIGUEL

Fondée en 1721, cette mission fut l’une des plus prospères. Le complexe architectural présente l’originalité d’avoir été édifié sur un terre-plein qui domine la place principale et met en relief la façade de l’église.

SAN RAFAEL

L’église, édifiée entre 1749 et 1753 (sous la direction de l’incontournable Martin Schmidt, le principal architecte des Missions jésuites boliviennes), présente la particularité d’être abondamment ornée de feuilles d’or, mais aussi de mica (minerai), très fréquent dans la région. Son utilisation multiplie les reflets et donne l’impression de superficies argentées et resplendissantes.

SANTA ANA

Dernière Mission construite en Chiquitania, elle fut fondée en 1755, soit seulement 12 ans avant l’expulsion des Jésuites. Rénovée dans les années 90, l’église conserve son aspect original. En son coeur est conservé un orgue de l’époque jésuite, restauré en 2000.

SAN JOSÉ DE CHIQUITOS

C´est à quelques kilomètres de l´actuel village de San José que fut fondée, en 1561, la ville originelle de Santa Cruz, par Ñuflo de Chávez. Très vite, la ville fut déplacée pour devenir la métropole que l´on connaît aujourd´hui, bien différente du paisible village de San José et ses toits à colonnades, où le temps semble ne pas s´écouler.
La mission de San José se démarque des autres missions jésuites car l´absence de grands arbres dans la région a obligé à construire l´église entièrement en pierre (toutefois l´autel et les portes de l´église, finement ciselés dans le bois, donnent un magnifique exemple de la dextérité des artisans indiens). La mission et sa longue façade, illuminée par le soleil couchant, fut édifiée entre 1750 et 1754 par la population indigène, sous la direction de quelques jésuites.

Quand et comment s’y rendre?

Les missions jésuites sont ouvertes à la visite à n’importe quel moment, il n’y a pas une période de l’année particulièrement propice. Le climat y est relativement tempéré et agréable en permanence.

Depuis 1996, tous les deux ans (années paires) au printemps, un festival de musique baroque est organisé par l’ONG Pro Arte y Cultura. On peut alors y découvrir les partitions trouvées dans les missions.

Pour s’y rendre, il convient d’abord de rallier Santa Cruz par voie aérienne (la ville dispose d’un aéroport international), par bus (depuis les villes proches) ou en train (depuis la frontière argentine ou brésilienne). Santa Cruz est l’unique point de départ pour les excursions dans ces Missions.
Puis, pour se rendre dans la Chiquitania, trois options sont possibles : bus, 4x4 ou avion privé.

Paititi, la cité perdue des incas

Paititi, la cité perdue des incas Une légende entourée de mystères Il existe de nombreuses cités perdues, comme notamment La Terra Preta, la mystérieuse cité « Z » ou encore Vilcabamba, qui malgré de nombreuses recherchent, demeurent à ce jour introuvables....

lire plus

Attestation d’Excellence pour Puka Nina !

Attestation d'Excellence pour Puka Nina ! Une récompense pour toute l'équipe... et tous nos clients !   Notre agence de voyage locale s’est vue décerner récemment la récompense d’Attestation d’Excellence, par le site américain Trip Advisor. Ce dernier, référence...

lire plus

Ollantaytambo, entre ruines et village inca

Ollantaytambo, entre ruines et village inca   A 97km de Cusco, il s’agit d’une imposante forteresse qui surveillait le chemin du Machu Picchu. Elle surplombe le fleuve Rio Urubamba, au fond de la superbe Vallée sacrée. Du haut des ruines, vous serez émerveillés...

lire plus
Share This