Les mystérieuses lignes de Nazca

Un mystère non élucidé à ce jour

Un peu d’histoire…

Souvent classé comme l’un des plus grands mystères du monde, les lignes de Nazca n’en finissent pas de fasciner. Ces incroyables géoglyphes vus seulement depuis le ciel seraient vieux de près de 2000 ans, mais ce n’est seulement qu’en 1927 qu’elles furent découvertes par un archéologue du nom de Toribio Mejia Xespe.

De nombreux spécialistes se sont penchés sur la question ces dernières années, tant l’ancienneté et la particularité des lignes de Nazca fascinent.  Quant à l’explication du mystère, chacun y va de son hypothèse. Celles-ci allant du calendrier astronomique, à un quelconque lien avec les… extraterrestres !

Mais alors, qui donc a bien pu tracer ces lignes, de quelle facon et surtout dans quel but ?

Nous allons tenter de vous donner des pistes pour résoudre cette énigme à l’aide d’un tour d’horizon des principales théories existantes à ce jour. Quelle est la plus plausible ? De longues minutes de réflexion en perspective vous attendent !

L’hypothèse astronomique

Commençons avec Paul Kosok, le tout premier scientifique ayant réellement étudié le site. Durant ses recherches, il remarque que lors du solstice d’été, les rayons du soleil couchant étaient parallèles à certaines des lignes. Pour lui, il ne fait alors plus de doute, les lignes de Nazca serait le plus grand livre d’astronomie du monde.

Pour lui, les lignes servaient donc à repérer les saisons, et les autres lignes pour les dates.

Théorie qui est par la suite, reprise par Maria Reiche, une mathématicienne allemande. Pour elle, représentent un calendrier astrologique afin de diriger l’agriculture et pour organiser les activités religieuses. Elle développe aussi parallèlement l’option selon laquelle les dessins au sol correspondraient à des constellations, bien que cette théorie fasse l’objet de sérieuses mises en doute.

L’hypothèse extraterrestre

Parmi les hypothèses les plus extraordinaires, la palme d’or revient sans doute à celle d’Erik Von Daniken. C’est dans son best seller Chariots of The Gods publié en 1968 qu’il dévoile ce qu’il est pense être l’explication à ce mystère. Selon lui, l’ensemble de ces figures géométriques seraient des pistes d’atterrissages pour des vaisseaux spatiaux de type extraterrestre, ou bien, un message leur étant destiné.

D’après son hypothèse, les bandes sont des balises destinées à guider ces incroyables engins depuis le ciel. Les premières lignes ayant été tracées  par les extraterrestres eux-mêmes, et les suivantes par les indigènes qui désiraient recevoir à nouveau la visite de ces êtres venus d’ailleurs. Cependant sa théorie resterait très controversée et critiquée puisqu’elle ne s’appuie que sur son intuition.

Maria Reiche lui aurait même rétorqué que ces « pistes atterrissages » n’ayant plus de pierres, il est étrange que l’on ne trouve aucune trace ces supposés vaisseaux, car ceux-ci auraient du laisser une trace aux vues des caractéristiques du site.

Enfin, cette théorie bien qu’intéressante dans son genre, n’explique en rien la présence des figures d’animaux sur le site.

L’hypothèse religieuse

C’est celle qui est la plus fréquemment citée. Elle provient de Tony Morrison, un explorateur anglais. En faisant des recherches sur les vieilles coutumes populaires andines, Morrison a découvert une tradition de sanctuaires reliés par des voies droites. Les fidèles se déplaceraient de sanctuaire en sanctuaire en priant et en méditant. Morrison pense que les lignes à Nazca étaient ainsi faites dans ce but et à grande échelle. Cette hypothèse fut rapidement écartée, car rapprelons-le, il était impossible, sans voler à hauteur suffisante, d’observer ces lignes étranges… alors quelle coutume religieuse aurait donc pu prévoir la création de lignes longues de plusieurs kilomètres, qu’on ne pouvait observer d’aucune position, et donc n’étant pas utile à la pratique de la croyance?

L’hypothèse du calendrier

Cette théorie est simple, l’intrument de visée est orienté entre un point et la position du lever ou du coucher d’un astre à une date donnée. La superposition des lignes expliquerait donc ainsi le fait que chacune d’entre elles, correspond à un point de l’horizon pour lequel on voudrait déterminer la signification astronomique ainsi que sa date. Des dates précises ont ainsi été mises en évidence sur la plaine de Nazca comme le lever et le coucher du soleil lors des solstices d’été et d’hiver (22 mars et 22 décembre) ainsi que lors des équinoxes (22 mars et 22 septembre). De ce fait,ces dates semblent donc fixer un calendrier sur lequel apparaissent des périodes intermédiaires, comme par exemple la date du 6 mai marquant le début de la récolte dans cette région des Andes.

Aucune des théories citées ci-dessus n’a jamais été prouvée et validée. Le mystère demeure entier !

Paititi, la cité perdue des incas

Paititi, la cité perdue des incas Une légende entourée de mystères Il existe de nombreuses cités perdues, comme notamment La Terra Preta, la mystérieuse cité « Z » ou encore Vilcabamba, qui malgré de nombreuses recherchent, demeurent à ce jour introuvables....

lire plus

Attestation d’Excellence pour Puka Nina !

Attestation d'Excellence pour Puka Nina ! Une récompense pour toute l'équipe... et tous nos clients !   Notre agence de voyage locale s’est vue décerner récemment la récompense d’Attestation d’Excellence, par le site américain Trip Advisor. Ce dernier, référence...

lire plus

Ollantaytambo, entre ruines et village inca

Ollantaytambo, entre ruines et village inca   A 97km de Cusco, il s’agit d’une imposante forteresse qui surveillait le chemin du Machu Picchu. Elle surplombe le fleuve Rio Urubamba, au fond de la superbe Vallée sacrée. Du haut des ruines, vous serez émerveillés...

lire plus
Share This