Empreinte carbone
participation environnementale et sociale

Voyager, rencontrer des cultures, découvrir des paysages, des visages et coutumes exotiques, cela fait rêver… mais on oublie souvent qu’un voyage ne fait pas que cela.

Il pollue, aussi.

C’est pour cela que nous adhérons au projet CNPA Carbono Neutral Por Amazonia.

 

Objectif: Neutralité Carbone

S’engager avec nous pour…

…voyager responsable

Tous les secteurs d’activités émettent des gaz à effets de serre.

Le secteur tourisme également.

En effet, les transports aériens, terrestres, fluviaux et lacustres, ferroviaires ainsi que l’hébergement et tous les services qui vont de pair avec un voyage touristique ont un impact sur l’environnement. Le réchauffement climatique n’est plus à démontrer ni une expression insensée… il s’intensifie clairement depuis les dernières décennies.

L’Organisation Mondiale du Tourisme nous apprend que les émissions de gaz à effet de serre qui proviennent du secteur tourisme représentent non moins de 5% du CO2 au niveau global.
Latitud Voyage au travers de sa marque Puka Nina veut apporter son grain de sable. C’est pour cela que nous avons décidé d’inclure pour tous nos circuits une compensation de l’Empreinte Carbone.

Ceci est concret et transparent.

Limiter son empreinte…

…c’est voyager en compensant…

Pour tout voyageur conscient de la responsabilité qu’il détient, le choix devrait être simple…

Quelques explications:

Il existe différentes formes d’obtenir la Neutralité Carbone :

  1. La reforestation de zones déforestées.
  2. La gestion responsable des régions boisées.
  3. La conservation des forêts encore existantes pour le maintien du capital carbone qu’elles représentent.

Selon l’IPCC/2014 (Intergovernmental Panel on Climate Change), les émissions causées par la déforestation (perte de forêts existantes) représentent dans le monde 24% ou 12 GtCO2eq (Giga tonnes).
En ce qui concerne le Pérou, en 2010, cela représentait 35% ou 43 MtCO2eq (million de tonnes) selon le Ministère de l’Environnement.

Puka Nina a opté pour la troisième forme d’action en collaboration avec l’entreprise NSP Nature Services Peru

En effet, pourquoi re-forester si de l’autre côté, la forêt disparaît?
Pour cela, nous avons signé un accord le 4 septembre 2015 avec NSP dont le tenant est le suivant:

  • NSP gère un projet de maintien des forêts dans une région amazonienne du Département de Madre de Dios, voisin de celui de Cusco, autour du Parc National du Manu.
  • Puka Nina épaule ce projet en incluant dans les programmes de ses clients une compensation du carbone émis par leur voyage.

Voyez plutôt comment cela fonctionne…

Où?

une compensation de l’empreinte carbone ciblée

L’idée est la suivante: vous voyagez en Amérique du Sud, vous devriez donc de préférence compenser votre empreinte carbone dans un de ses pays, plutôt qu’en Chine ou ailleurs, comme pour certains paquets de compensation qui peuvent être proposés par des compagnies aériennes : on ne sait pas vraiment où va l’argent…
C’est pour cela que notre projet est situé dans l’Alto Madre de Dios en Amazonie péruvienne : vous savez où et comment vous compensez, ceci de façon précise.

Nous serons même bientôt dans la possibilité d’organiser un séjour dans ces communautés amazoniennes, pour les aventuriers curieux qui voudraient voir de leurs yeux où cela se passe…

Comment compenser?

adhérer au programme que nous proposons

Comment se calcule mon empreinte carbone ?
Sont pris en compte : la durée de votre voyage, les types et nombres de transports (transports aériens, terrestres, fluviaux, etc) et la gamme d’hébergement choisie.
Le prix de la tonne de CO2 est de 10$. Une fois calculé l’impact global en tonnes de CO2 d’un voyage, nous sommes en mesure de fixer un tarif moyen de compensation par rapport au calcul de votre empreinte carbone à l’aide du logiciel Greenhouse Gas Protocol

Nous avons opté pour un calcul moyen des impacts ce qui nous permet de proposer 4 paquets paquets carbone pour amortir l’empreinte carbone d’un voyage

  • Petit Pérou
  • Moyen Pérou
  • Grand Pérou/Amazonie
  • Grand Pérou/Bolivie.

Schéma simple de chaque paquet avec circuit en gros et tonnes de CO2 émises /prix.

 

De la totalité de la participation…

 

-> 60% est versée aux locaux, natifs amazoniens, qui s’engagent à garantir que cette zone ne soit pas déforestée.
Ces personnes sont des communautés, des agriculteurs ou des concessionnaires vivants dans une zone non déforestée. Leur rôle est de protéger leur zone de vie. Nous créons ainsi une économie locale, ils n’ont donc plus besoin de partir de leur milieu par manque de ressources mais au contraire vont maintenir leurs bois et forêt car leur économie en dépend.

Ils deviennent leurs propres gardes forestiers et veillent à lutter contre la déforestation illégale.

De nos jours, la conservation est donc avant tout une alternative économique pour ces populations qui sans elle continueraient à migrer vers les villes ou participeraient à ces activités moins louables comme la déforestation pour l’or, le bois exploité illégalement, etc.

Orpailleurs locaux lavant le terrain à la recherche d’or. Ceci a des conséquences désastreuses sur l’environnement résultant en déforestation, pollution au mercure des rivières, etc. au détriment de leur propre santé et celle de leur famille…

Mais est ce critiquable?… Sans doute n’ont-ils pas eu d’autre option de subsistance? …

-> 30 % est versé à NSP pour son travail de contrôle des engagements pris par ces populations sur le terrain. En effet, ces acteurs se sont compromis de manière contractuelle avec NSP jusqu’en 2040. À part cette fonction de contrôle sur le terrain, NSP est aussi et surtout un intermédiaire chargé de coordonner les différents partenaires (dont Puka Nina), toujours dans le souci de la transparence de l’information.

Les équipes de NSP vont régulièrement sur le terrain. Elles garantissent les engagements pris par les partenaires du projet de conservation des forêts. Elles réalisant des tournées d’inspection, des réunions de formation des locaux sur l’importance de leur participation et du respect des engagements.

Et le reste de mon argent ?

-> les 10 % restants sont laissés à Latitud Voyage par NSP pour son soutien au projet et son travail de vente des paquets.
Latitud Voyage utilise cet argent à son tour pour soutenir des petits projets sociaux dans des communautés locales avec lesquelles elle travaille ou d’autres projets à caractère social, qui ne sont pas gigantesques mais représente un soutien à des personnes que l’Agence connaît et que peut être vous aussi, dans le cadre d’un de nos voyages, vous connaîtrez…
Nous avons choisi en cette fin année 2016 de dépenser cet argent dans la « Chocolatada 2016 ». Ces 10 % n’ont donc pas été retenus par Puka Nina mais redistribués.

Voilà une de nos contributions, mince mais bel et bien concrète. Mais nous ne nous arrêterons pas là car les projets sont nombreux. Plus qu’un acte ponctuel, c’est avant tout un état d’esprit.
Pour nous ce n’est pas uniquement de vous proposer et vendre une compensation carbone mais  également changer notre mode de fonctionnement interne en tant que voyagiste, en espérant inciter d’autres à nous suivre.

À part la compensation carbone, un des objectifs pour cette fin 2017, proposer des pique-niques sans plastique, un réel défi dans des pays où malheureusement la conscience environnementale n’est pas encore à l’ordre du jour… nous essayons de changer la donne, c’est peu, mais il faut le faire.

Pour aller au bout de notre démarche, nous avons demandé le calcul de notre empreinte carbone en tant qu’entreprise. Ce calcul prend en compte l’empreinte électricité, l’empreinte chauffage, l’empreinte transports des employés pour venir au bureau, etc. Cela nous a semblé logique et nous l’appliquons.

En fait, en 2040, vous auriez préféré être solidaires de quoi ?

nous, on a choisi

Pêche au filet en Amazonie
sunset en amazonie
Share This