Putre et le Salar de Surire

 

Cette semaine Puka Nina vous présente la région de Putre ainsi que le salar de Surir.

Située au nord du Chili, la commune de Putre se trouve à plus de 150km d’Arica, à mi-distance entre les frontières avec le Pérou et la Bolivie.
Le salar de Surire est situé à proximité de Putre ; bien moins connu que son homologue bolivien d’Uyuni, il n’en reste pas moins splendide.

Putre et sa région

Putre signifie en aymara « bruit de l’eau ». La commune et sa région regorgent de lieux touristiques ; c’est là que se trouvent notamment les Parcs Nationaux Las Vicuñas et Lauca.

Culminant à plus de 3500m d’altitude, elle se situe aux pieds du volcan enneigé qu’est le Taapaca (5860m).

Au niveau de la météo, Putre a un climat typique de l’altiplano andin, avec des précipitations fréquentes entre Décembre et Mars. Il neige souvent l’hiver, et les températures oscillent de parfois plus de 15°C entre le jour et la nuit.

Pour rallier cette ville, plusieurs accès sont possibles : la route Panaméricaine qui relie Iquique à Tacna ou encore la route internationale vers la Bolivie au nord. De plus, il est possible d’accéder au village de Putre en débarquant au port Carlos Ibañez del Campo.

Halte stratégique pour s’habiter à l’altitude, Putre a été fondé en 1580. Le village a connu ses heures de gloires lorsque les mines d’argent de Potosi puis les mines d’or de Choquelimpe commencent à être exploitées. C’était alors le lieu de passage idéal pour rallier Potosi à Arica. Au moment de l’indépendance chilienne, les mines sont en déclins, et un fort exode a lieu. Le territoire ne devient chilien qu’en 1883, à l’issue des accords de paix clôturant la Guerre du Pacifique (1879-1883), malgré une très forte opposition de la population locale.

Les habitants de Putre vivent encore aujourd’hui de l’agriculture, ainsi que du tourisme. On peut admirer des terrasses sur certains versants de la commune, datant de l’époque précolombienne. Il est également possible d’apercevoir un grand nombre d’élevages de lamas, classés par couleur de laine.

Le village en lui-même de Putre a gardé son charme colonial d’antan ainsi qu’une magnifique église datant de 1670.

La commune de Putre ne comporte pas uniquement le village de Putre ; à un peu plus d’une quarantaine de km de là se trouve Parinacota, culminant à 4392m d’altitude et classé monument national au Chili pour son charme bucolique, avec ses bâtiments datant de l’époque précolombienne construits autour de la chapelle coloniale. Aujourd’hui, le village n’est habité que par des bergers.

On peut également trouver pêle-mêle : des geysers, sources thermales et piscines naturelles trouvant leurs origines dans l’activité volcanique souterraine, mais aussi de nombreux volcans et autres montagnes colorées ou encore une faune endémique riche.

Enfin, l’attrait principal dans les alentours de Putre reste le Parc National Lauca, s’étendant sur près de 140 000m hectares, et entre 3200 et 6342m d’altitude.
Il est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO ainsi que Réserve de la biosphère mondiale. Le Parc renferme bon nombre d’oiseaux, guanacos et vigognes.

Parc National Lauca

Le salar de Surire

De son nom entier Monumento natural Salar de Surire, il se situe sur l’Altiplano chilien à 4 250 mètres d’altitude. Il est encadré de volcans et on peut y admirer un paysage grandiose.

Quelques habitants vivent autour du salar, notamment le personnel de l’usine d’exploitation du sel ou les gendarmes dont la caserne se situe au nord-est du Salar.

Il est possible de se rendre au Salar de Surire uniquement par la route, via le nord ou le sud. Il est toutefois conseillé de venir accompagné de quelqu’un qui connait les lieux, tant la signalisation est quasi inexistante. Aucune station essence à près de 100km à la ronde, il est aussi conseillé d’être prévoyant.

A faire sur place :
Se baigner aux thermes de Polloquere, qui est une source d’eau chaude avec un bassin naturel.
Faire le tour du Salar en voiture, se promener à pied au bord de l’eau.
Admirer la faune du Salar : flamants roses, vigognes, nandus…

Il n’existe qu’une seule solution pour se loger sur place : la maison de la Corporación Nacional Forestal (CONAF), organisme indépendant du ministère chilien de l’agriculture. Cette maison, tenue par le garde du Salar, dispose de 8 chambres dans des préfabriqués (l’été) et de 1 le reste de l’année. Il est possible de vérifier la disponibilité uniquement auprès de l’office CONAF de Putre, en liaison radio avec la maison CONAF du Salar.
En cas d’extrême urgence, il est toutefois possible d’être hébergé à la gendarmerie.

L’entrée du parc est gratuite.

Paititi, la cité perdue des incas

Paititi, la cité perdue des incas Une légende entourée de mystères Il existe de nombreuses cités perdues, comme notamment La Terra Preta, la mystérieuse cité « Z » ou encore Vilcabamba, qui malgré de nombreuses recherchent, demeurent à ce jour introuvables....

lire plus

Attestation d’Excellence pour Puka Nina !

Attestation d'Excellence pour Puka Nina ! Une récompense pour toute l'équipe... et tous nos clients !   Notre agence de voyage locale s’est vue décerner récemment la récompense d’Attestation d’Excellence, par le site américain Trip Advisor. Ce dernier, référence...

lire plus

Ollantaytambo, entre ruines et village inca

Ollantaytambo, entre ruines et village inca   A 97km de Cusco, il s’agit d’une imposante forteresse qui surveillait le chemin du Machu Picchu. Elle surplombe le fleuve Rio Urubamba, au fond de la superbe Vallée sacrée. Du haut des ruines, vous serez émerveillés...

lire plus
Share This